Comment obtenir un visa eVisitor pour l’Australie ?

Le visa est un élément clé attestant l’entrée d’une personne dans un pays. Pour avoir accès au territoire australien, il faut nécessairement détenir le visa électronique eVisitor. Son acquisition se fait suivant des règles précises et un processus spécifique. On vous dit tout.

Visa eVisitor : qu’est-ce que c’est ?

Autrement appelé « e-visa » le visa eVisitor pour l’Australie est une attestation de voyage électronique. À la différence des autres visas, il ne s’agit pas d’un document, mais plutôt d’un permis. En d’autres termes, ni timbre ni papier n’est ajouté au passeport.

A lire également : La CEAM (Carte européenne d’assurance maladie) est-elle payante ?

Lorsque le voyage en Australie est accepté, le candidat reçoit plutôt une confirmation de type numérique selon laquelle il peut effectuer le déplacement.

Après réception du visa eVisitor Australien, le voyageur peut s’inscrire à bord d’un vol. Ce visa peut généralement être utilisé pour un voyage en Australie à but touristique ou d’affaire.

A lire en complément : Faut-il un visa pour se rendre en Thaïlande ?

Avec le visa eVisitor pour l’Australie, il est possible d’entrer sur le territoire du pays autant que voulu. Il est valable pour une année et permet de faire des séjours de 3 mois au plus.

Quelles sont les modalités de demande d’un visa eVisitor ?

La procédure de demande d’un visa eVisitor s’effectue aisément, en ligne, grâce à un formulaire de requête spécifique. Une fois le formulaire dûment rempli, il faut verser les frais de traitement de dossier s’élevant à 19 euros.

Par la suite, la requête de l’e-visa sera traitée et après approbation, un courriel de confirmation vous sera envoyé. Sans cette confirmation, vous n’êtes pas autorisé à vous rendre en Australie. Par ailleurs, avant de faire une demande du visa eVisitor, il est important de vérifier si votre pays y est éligible.

Au nombre des pays concernés, on a : l’Allemagne, la République de Chypre, l’Autriche, la Bulgarie, le Danemark, la Belgique, la Slovaquie, la Croatie, et l’Espagne.

La Finlande, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, l’Islande, le Liechtenstein, la Grèce, la Lituanie, la France et le Luxembourg comptent également parmi ces pays éligibles.

On distingue aussi la République de Malte, la République tchèque, la Principauté de Monaco, la Norvège, l’Estonie, la Suède, la Pologne et le Portugal. Il en est de même pour la Roumaine, le Royaume-Uni, la Slovénie, le Pays-Bas, la Suisse et le Vatican.

Il est à remarquer que les voyageurs britanniques n’ont pas la possibilité de faire la demande d’un visa eVisitor pour l’Australie. Les pays tels que : Andorre, Brunei, Canada, Corée du Sud, États-Unis, Hong-kong, Japon, Malaisie, Singapour, et Taiwan ne sont pas éligibles à ce visa.

Quelle est l’alternative à ce visa australien ?

L’alternative à cette autorisation ne peut être utilisée que par les voyageurs n’ayant pas la possibilité de se procurer l’eVisitor. Il s’agit de l’Electronic Travel Authority (ETA), un visa assez semblable à l’eVisitor.

Comme l’eVisitor pour l’Australie, l’ETA est une confirmation de voyage électronique. Le processus de requête s’effectue également en ligne et varie en fonction du pays d’origine. Cependant, la demande peut se faire directement auprès du service de l’immigration.

Vous avez aussi la possibilité de faire recours à une agence spécialisée pour obtenir l’ETA, un facteur agissant sur le prix de procuration.

Les règles et le temps de validité de l’ETA ne diffèrent pas de ceux de l’eVisitor. L’ETA s’emploie bien évidemment pour des voyages touristiques et d’affaires en Australie.

Il est à noter que le prix d’acquisition de l’ETA est nettement supérieur à celui du visa eVisitor pour l’Australie.

Catégories de l'article :
Administratif