Bali : de Sanur à Ubud, la route des arts

Réputée paradisiaque et très accueillante, l’île de Bali constitue une destination de rêve qui répond de façon quasi unanime aux désirs d’évasion que le mode de vie occidental engendre.

Si le sud de Bali, en particulier la presqu’île de Bukit, avancée rocheuse surplombant de ses majestueuses falaises l’océan indien, reçoit la plus grande partie de l’afflux touristique de l’île et dont les attraits justifient pleinement un séjour entier pour bon nombre de visiteurs adeptes de surf, de plongée et d’activités balnéaires, l’île de Bali regorge de bien d’autres splendeurs naturelles et culturelles, sources d’émerveillement et d’enrichissement incontestables dès lors qu’on les aborde.

Sanur

Toujours dans le sud, mais au nord de la péninsule de Bukit, la région de Sanur, sur la côte est, constitue un lieu de villégiature parfait pour qui veut allier les plaisirs de la plage à la rencontre d’un Bali culturellement riche et exaltant. Après s’être repaît des bienfaits de la mer sur la grande et paisible plage de Sanur que la barrière de corail qui la longe protège des vagues, la visite de ses temples aux formes et sculptures étranges introduit le promeneur dans l’univers mystique des dieux et des démons.

Au nord de Sanur, la ville d’Ubud, centre culturel de Bali, abrite plusieurs musées où se concentrent de sublimes œuvres de l’art balinais qui marie en permanence esthétique et spiritualité.

Batubulan

Sur la route de Sanur à Ubud, le village de Batubulan, connu pour ses sculptures taillées dans de la pierre volcanique nommée la pierre de paras, constitue une étape intéressante. Renommé aussi pour la danse du Barong qui s’y représente chaque matin et qui s’achève par la transe qui gagne les danseurs, le village abrite le temple Pura Désa Batubulan qui, plusieurs fois reconstruit, réunit dans un ensemble singulier différents styles de sculpture où se mêlent avec art autant d’éléments bouddhistes qu’hindouistes.

défilé Bali

Celuk

En poursuivant en direction D’Ubud, un petit crochet permet de découvrir le village de Celuk, village de joailliers où de chaque enclos domestique s’échappent les sons du travail de joaillerie qui s’y effectuent. Les pièces ainsi fabriquées se destinent à la vente dans les échoppes qui bordent la route de Batubulan ou répondent à des commandes d’exportation. Il est aussi possible d’y passer directement une commande personnelle.

Sukawati

A l’est de Celuk, le village de Sukawati conserve de façon très vivace la tradition des arts du spectacle et certaines danses traditionnelles y perdurent bien plus qu’ailleurs. Sukawati, ancien centre royal, est aussi riche de nombreux temples qui rivalisent d’originalités architecturales surprenantes.

Batuan

Jouxtant Sukuwati, le village de Batuan, village de peintres, a vu sa renommée se faire à partir des années 1930, quand de jeunes peintres talentueux s’y sont établi. Leur travail abouti à fait émerger un nouveau style de peinture, “le style de Batuan”, où le trait d’une extrême minutie place de minuscules figures sur chaque point de la toile qui en est entièrement couverte.

Mas

A mi-chemin entre Batuan et Ubud, le village de Mas s’impose depuis des générations comme le centre de la sculpture sur bois. Ce talent, apanage d’un lignage de grands prêtres, les Brahmana, se transmet de génération en génération et s’exprime sur tous types de bois, du bois blanc sans tenue que l’on retrouve sous formes de statuettes dans les boutiques pour touristes aux œuvres d’art ciselées dans du bois d’ébène, de jaquier ou de santal.

Longue seulement d’une petite trentaine de kilomètres, la route de Sanur à Ubud, jalonnée de villages où l’art et la créativité se renouvellent sans cesse, ne représente qu’une des nombreuses facettes de Bali, paradis balnéaire, très certainement, île des arts et des dieux, bien plus sûrement.