Comment le Pakistan a-t-il obtenu l’arme nucléaire ?

Niché entre l’Iran, la Chine, l’Inde et l’Afghanistan, le Pakistan vit dans un quartier complexe aux multiples problèmes de sécurité. C’est l’un des neuf États connus dotés d’armes nucléaires ; l’arsenal et la doctrine nucléaires du Pakistan évoluent constamment pour faire face aux menaces perçues. Pendant des décennies, le Pakistan tente maintenant de construire sa propre triade nucléaire, rendant son arsenal nucléaire résilient et capable de lancer des attaques dévastatrices de représailles.

Le programme nucléaire du Pakistan remonte aux années 1950, au début de sa rivalité avec l’Inde. Le président Zulfikar Ali Bhutto a déclaré en 1965 : « Si l’Inde construit la bombe, nous mangerons de l’herbe et des feuilles, nous aurons même faim, mais nous devrons avoir les nôtres ».

Lire également : Quelle heure pour aller en Turquie ?

Le programme est devenu une priorité absolue après de la défaite du pays en 1971 aux mains de l’Inde, qui a fait se séparer le Pakistan oriental et devenir l’État du Bangladesh. Les experts estiment que la perte humiliante de territoire, beaucoup plus crédible que les informations selon lesquelles l’Inde cherchait des armes nucléaires, a accéléré le programme nucléaire pakistanais. L’Inde a testé sa première bombe nucléaire, appelée « Bouddha souriant », en mai 1974, mettant le sous-continent indien sur la voie de la nucléarisation.

Le Pakistan a commencé à accumuler le combustible nécessaire à la fabrication d’armes nucléaires, comme l’uranium enrichi et le plutonium. Le pays a été particulièrement aidé par AQ Khan, un métallurgiste travaillant en Occident qui est retourné dans son pays d’origine en 1975 avec des conceptions centrifuges et des contacts nécessaires pour entamer le processus d’enrichissement. En outre, le programme pakistanais a bénéficié de l’aide de pays européens et d’un l’acquisition clandestine de matériel destiné à mettre fin aux efforts de non – prolifération. Au fur et à mesure que le véritable objectif du programme devenait clair, les pays étrangers ont finalement abandonné le programme, mais les efforts clandestins se poursuivaient.

A lire aussi : Où est Persepolis ?

L’ ancien président Benazir Bhutto, fille de Zulfikar Bhutto, a affirmé que son père lui a dit que le premier appareil était prêt pour 1977. Un membre de la Commission pakistanaise de l’énergie atomique a déclaré que la conception de la bombe avait été achevée en 1978 et que la bombe avait été « testée à froid ». Ce qui a empêché une véritable explosion en 1983.

Benazir Bhutto a ensuite affirmé que les bombes du Pakistan avaient été démontées jusqu’en 1998, année où l’Inde a testé six bombes en trois jours. Près de trois semaines plus tard, le Pakistan a mené un programme d’essais à jet rapide similaire, faisant exploser cinq bombes en un jour et une sixième bombe trois jours plus tard. Le premier appareil, estimé à vingt-cinq à trente kilotonnes, peut être un dispositif à l’uranium renforcé. La seconde a été estimée à douze kilotonnes, et les trois suivants ont été considérés comme des instruments de sous-kilotonnes.

Le sixième et dernier dispositif semble avoir été une bombe de douze kilotonnes qui a explosé dans un autre terrain d’essai ; selon les rapports, un avion de détection nucléaire « Constant Phoenix » de l’United States Air Force a détecté par la suite du plutonium dans les airs. Étant donné que le Pakistan travaillait sur une bombe à l’uranium et que la Corée du Nord, qui partageait ou achetait des recherches avec le Pakistan par l’intermédiaire du réseau AQ Khan, travaillait sur une bombe à uranium, certains observateurs externes ont conclu que le sixième essai était en fait un essai effectué par la Corée du Nord, bien qu’il ait explosé dans un autre endroit. pour dissimulent l’implication de Pyongyang, bien qu’il n’y ait pas de véritable consensus sur cette conclusion.

Les experts estiment que l’arsenal nucléaire pakistanais ne cesse de croître. En 1998, la réserve a été estimée entre cinq et vingt-cinq dispositifs, en fonction de la quantité d’uranium enrichi requise par chaque pompe. Aujourd’hui, on estime que le Pakistan dispose d’un arsenal de 110 à 130 bombes nucléaires. En 2015, la Carnegie Foundation for International Peace et le Centre Stimson estimaient que la capacité du Pakistan à fabriquer des bombes était de vingt dispositifs par an, couplée aux réserves existantes, le Pakistan pourrait rapidement devenir la troisième plus grande puissance nucléaire au monde. Toutefois, d’autres observateurs estiment que le Pakistan ne peut mettre au point que 40 ou 50 autres ogives nucléaires dans un proche avenir.

Les armes nucléaires pakistanaises sont sous contrôle de la Division des plans stratégiques de l’armée et sont stockés principalement dans la province du Pendjab, loin de la frontière nord – ouest avec l’Inde et les Taliban. Dix mille soldats pakistanais et le personnel de renseignement du SPD gardent les armes. Le Pakistan affirme que les bombes ne sont armées du code approprié qu’à la dernière minute, ce qui évite un scénario de « bombe nucléaire malveillante ».

La doctrine nucléaire pakistanaise semble être plus évidente pour dissuader ce qu’elle considère comme une Inde économiquement, politiquement et militairement plus forte. L’affrontement nucléaire est exacerbé par l’animosité traditionnelle entre les deux pays, ainsi que par les différentes guerres menées par les deux États et par des cas tels que l’attentat terroriste de 2008 contre Mumbai, mené par le Pakistan. Contrairement à l’Inde et à la Chine voisines, le Pakistan n’a pas de doctrine du « non-usage en premier » et se réserve le droit d’utiliser des armes les armes nucléaires, en particulier les armes nucléaires tactiques à faible rendement, afin de compenser l’avantage de l’Inde dans les forces conventionnelles.

Le Pakistan dispose actuellement d’une « triade » nucléaire de vecteurs terrestres, aériens et maritimes. Islamabad aurait pu modifier les combattants F-16A fabriqués par les États-Unis et peut-être les combattants Mirage de fabrication française pour lancer des bombes nucléaires depuis 1995. Étant donné que les combattants devront pénétrer dans le réseau de défense aérienne de l’Inde pour lancer leurs charges utiles dans les villes et autres cibles, les avions pakistanais lanceraient probablement des armes nucléaires tactiques contre des cibles sur le champ de bataille.

Les systèmes vectoriels terrestres se présentent sous la forme de missiles, avec de nombreuses conceptions basées sur ou influencées par les conceptions chinoises et nord-coréennes. La série de missiles mobiles Hatf comprend le HatF-III le combustible solide d’une portée de 180 miles, le combustible solide HATF – IV (466 miles) et le combustible liquide Hatf V (766 milles). L’Initiative sur la menace des missiles du SCRS croit qu’à compter de 2014, Hatf VI, d’une portée de 1 242 milles, sera probablement en service. Le Pakistan met également au point un missile à portée intermédiaire Shaheen III capable d’attaquer des cibles à 1 708 milles afin d’attaquer les îles Nicobar et Andaman qui font partie du territoire indien.

La composante maritime de la force nucléaire pakistanaise se compose de la classe des missiles de croisière Babur. La dernière version, le Babur-2, ressemble aux missiles de croisière les plus modernes, avec une forme de balle, un groupe de quatre petites ailes de queue et deux ailes principales tenaces, toutes entraînées par un turboréacteur ou un turboréacteur. Le missile de croisière a une portée de 434 miles. Au lieu du guide GPS, qui pourrait être désactivé au niveau régional par le gouvernement américain, le missile Babur-2 utilise la technologie de navigation Tercom (Terrain Contour Matching) et Digital Scene Matching and Area Co-Relation (DSMAC). Le Babur-2 est déployé à la fois sur terre et en mer, où il serait plus difficile de les neutraliser. En janvier, une version lancée à partir de sous-marins, le Babur-3, a été testée, qui serait le système vectoriel nucléaire le plus performant de tous les systèmes vectoriels pakistanais.

Il est clair que le Pakistan développe une forte capacité nucléaire qui peut non seulement dissuader mais aussi combattre dans une guerre nucléaire. Le Pakistan et l’Inde sont clairement au milieu d’une course aux armements nucléaires qui, en termes relatifs, pourrait conduire à des arsenaux nucléaires absurdement élevés qui rappellent l’époque de la guerre froide. Il est évident qu’un accord de contrôle est désespérément nécessaire armements pour le sous-continent indien .

Kyle Mizokami

Catégories de l'article :
Moyen Orient
Show Buttons
Hide Buttons